HR 4.0 – Gestion des compétences à l’ère de l’Usine intelligente
DÉMO
Nous contacter

HR 4.0 – Gestion des compétences à l’ère de l’Usine intelligente

Talent Management

HR 4.0 – Gestion des compétences à l’ère de l’Usine intelligente

February 02, 2016 Corinne Bidallier

L‘Industrie 4.0 est sur toutes les lèvres. Depuis deux ans, la vision de l’usine intelligente, dans laquelle les systèmes intelligents se connectent les uns aux autres par le biais d’internet, fait vibrer le monde de la production et l‘industrie mécanique. Après l’invention de la machine à vapeur, la production à la chaîne et l’automatisation, l’Industrie 4.0 annonce l’avènement de la prochaine ère industrielle. Comment les pièces doivent-elles être usinées ? Où envoyer les pièces de rechange ? Où se situent les défaillances des matériaux ? Dans l’Industrie 4.0, ce sont les produits qui répondent eux-mêmes à toutes ces questions, le processus de production peut être suivi et optimisé en temps réel, une production personnalisée peut être réalisée dans les mêmes conditions qu’une production en série extrêmement flexible et efficiente. Voilà pour la théorie.

Industrie 4.0 : la préparation laisse à désirer

Il reste encore beaucoup de défis à relever avant d’atteindre cet objectif. En effet, les prouesses techniques requises par l’Industrie 4.0 sont immenses, et les conséquences sur le monde du travail seront tout aussi décisives, induisant des exigences supplémentaires sur la gestion des compétences en entreprise. Les tâches et les flux d’activités vont changer et l’affectation du personnel, l’organisation du travail et les qualifications devront suivre le mouvement et s’adapter.

Alors que la part de l’industrie dans le PIB français est passée de 18 à 12% en une dizaine années, le gouvernement a lancé en 2015 un vaste plan de modernisation (« L’industrie du futur »), mettant en relief les bénéfices de l’exploitation des technologies numériques. Lean Development, réalité augmentée, Lean Manufacturing, automatisme, robotique, etc., ces nouvelles technologies façonnent l’industrie de demain. Reste maintenant à former les salariés. Mais les entreprises sont-elles vraiment conscientes de ce qui les attend ?

Tout change – les salariés mis à l’épreuve

Ce qui manque, ce sont des concepts efficaces pour préparer les salariés à interagir avec des machines intelligentes, car la complexité du travail va s’accroître immensément et le contenu évoluera en permanence. La formation continue des salariés et des dirigeants à la prise de décisions et la résolution de problèmes, et le renforcement des compétences informatiques et organisationnelles dans les différentes divisions d’une entreprise sont des priorités. De la même façon que les processus de production eux-mêmes, le travail sera moins standardisé à l’avenir et nécessitera une réflexion permanente. Dans le même temps, une nouvelle dynamique apparaît. A l’instar des mises à jour des systèmes d’exploitation de nos smartphones – le délai de mise en production entre deux produits est descendu à six mois – la digitalisation de la production exige une optimisation toujours plus rapide des processus. En conséquence, dans l’Industrie 4.0, l’opérateur se retrouve face à des contenus de plus en plus complexes qu’il doit adapter en permanence.

Gestion des compétences 4.0 – la rapidité avant tout

Cette évolution ne se fera pas sans impact sur la gestion des compétences et ses processus, qui devront devenir plus rapides et plus souples, afin de refléter la dynamique du marché et permettre aux opérateurs de se familiariser en continu avec les nouvelles évolutions :

  • Plus de souplesse grâce au Cloud : des solutions de gestion des compétences hébergées dans le cloud permettent aux entreprises, grâce à leur fréquence de renouvellement, de réagir plus vite aux tendances émergentes. De cette façon, la solution se construit en souplesse et en prenant en compte les attentes des clients.
  • Les standards ménagent plus de liberté : face à l’extrême complexité des utilisations et possibilités offerte par l’Industrie 4.0 les opérateurs seront obligés de se spécialiser, ce qui va se répercuter directement sur des domaines décisifs comme la planification des successions et la stratégie de développement du personnel. Au lieu de puiser dans une main d’œuvre généraliste, il faudra miser sur une pluralité de groupes spécialisés. Les processus standardisés donnent aux RH la marge de manœuvre nécessaire pour prendre en compte les besoins spécifiques des groupes cibles.
  • Les logiciels libèrent de la pensée compartimentée : les technologies de l’information pénètrent toutes les domaines, internes et externes à la production, rapprochant les disciplines isolées et permettant de s’affranchir de la pensée compartimentée. A l’avenir, le travail par projet en équipes sera plus souvent à l’ordre du jour. Afin d’éviter les solutions isolées, les différents domaines doivent se rapprocher dans une stratégie holistique de gestion des compétences. Les solutions informatiques offrent aux entreprises la vision transversale nécessaire.
  • Mise en réseau à tous les étages : les sites locaux isolés travailleront à l’avenir en réseau les uns avec les autres et s’insèreront dans un projet global. Les équipes travailleront ensemble virtuellement, encore plus qu’à l’heure actuelle. Les entreprises doivent donc investir dans de nouveaux modes de communication et de collaboration afin de fournir aux équipes d’encadrement le bagage nécessaire pour coordonner et diriger des équipes virtuelles. Cela repose sur une coopération rapprochée entre les RH et l’encadrement.
  • De l’offre de formation à la formation à la demande : dans l’Industrie 4.0, les salariés se trouveront confrontés à permanence à de nouvelles situations et de nouveaux contenus. Il faut donc adapter l’offre de formation continue à cette évolution. Les formats tels que le e-learning et les formations sur les plateformes des réseaux sociaux, qui proposent des contenus sous différentes formes et les mettent à la disposition de tous, occupent le devant de la scène. Ces dispositifs permettent d’accéder au savoir, de le partager et de le diffuser quand le besoin se manifeste.

L’Industrie 4.0 permet de donner corps aux bouleversements immenses engendrés par la numérisation et la mondialisation. Car sans ces tendances de fond, le concept de l’Usine intelligente ne pourrait exister. L’Industrie 4.0 a sur le monde du travail des répercussions dont nous n’avons pas encore pris l’entière mesure. Une chose est sûre cependant : le taux de pénétration d’internet dans tous les domaines de notre vie et de nos activités ne va faire qu’augmenter. C’est pour cette raison que les entreprises doivent commencer dès aujourd’hui à préparer cette transition et de passer à la vitesse supérieure en matière de gestion des compétences.

Comments

En savoir plus?

Nos flux RSS

Blog Cornerstone

Nos solutions intégrées de gestion des talents peuvent vous aider dans de noombreux domaines.
Voir nos solutions

Archives