L’intrapreneuriat, outil de dynamisation de la gestion des ressources humaines
DÉMO
Nous contacter

L’intrapreneuriat, outil de dynamisation de la gestion des ressources humaines

Learning

L’intrapreneuriat, outil de dynamisation de la gestion des ressources humaines

April 29, 2016 Geoffroy De Lestrange

C’est un concept à la mode… mais qui date de 1976 ! Aujourd’hui, les plus grandes entreprises le pratiquent ou l’encouragent pour doper leur créativité et dénicher des innovations alternatives susceptibles de damer le pion à la concurrence. Littéralement, l’intrapreneuriat fait référence à une culture entrepreneuriale diffusée en interne dans un souci d’efficacité. Une culture qui rompt avec des pratiques traditionnelles et pyramidales et où l’autonomie prend alors tout son sens.

Sa définition a donné lieu à pléthore de littérature. Pour les chercheurs Antonicic et Hisrich, « l’intrapreneuriat est un processus qui se produit à l’intérieur d’une firme existante, indépendamment de sa taille et qui ne mène pas seulement à de nouvelles entreprises, mais aussi à d’autres activités et orientations innovatrices, tels que le développement de nouveaux produits, services, technologies, techniques administratives, stratégies et postures compétitives. »

De son côté, Thierry Picq, professeur de management à l’EM Lyon Business school, estime que « l’intrapreneuriat désigne une capacité collective et organisationnelle pour encourager et accompagner la prise d’initiatives, à tous niveaux dans une entreprise. »

L’intrapreneuriat revêt donc deux formes : une association entre des salariés qui se mettent d'accord avec leur employeur pour créer une structure organisationnelle dans le but de développer un projet précis. Cette mini-entreprise peut un jour prendre son envol. On parle alors de « spin off » ou d’essaimage.

Esprit d’entreprendre et innovation

Ce terme recouvre aussi une approche managériale visant à instiller, susciter, diffuser et développer l'esprit d'entreprendre au sein d'une société qui se révèle trop lourde ou trop conservatrice pour inciter à l'innovation. La gestion par projet est une forme d’intrapreneuriat. Le chef pilote une équipe et la gère comme s’il était à la tête de sa propre entité. Il est en quelque sorte celui qui transforme une idée en activité rentable au sein d’une organisation. Qu’il en soit actionnaire ou pas.

L’intrapreneuriat n’est finalement qu’une déclinaison de ce qu’on appelle le « collaborative learning » : la co-création dans l’entreprise, en partant du principe que l’émulation collective est plus enrichissante et performante. Au travers de ses intrapreneurs, l’entreprise pourra donc devenir davantage agile et efficace dans l’utilisation de ses ressources. Car ces hommes-orchestres, bien coachés et formés, peuvent représenter de puissants contributeurs à la richesse de l’entreprise. En montrant la voix, ils encouragent de nouveaux comportements et attitudes, qui, à terme, feront évoluer la culture de l’entreprise. Ils générèrent des revenus supplémentaires grâce au développement de nouveaux marchés, produits, activités. Enfin, en améliorant les pratiques, les process internes et l’organisation, ils permettent également de réduire les coûts de production. Des avantages non négligeables dans un contexte de fortes tensions sur les prix.

Dynamiser la gestion des ressources humaines en favorisant l’autonomie

L’intrapreneuriat est également un outil de dynamisation de la gestion des ressources humaines. A condition d’être bien introduit et expliqué, et de faire confiance aux équipes chargées de l’appréhender. L’entreprise doit accepter de laisser aux intrapreneurs le champ d’action nécessaire à l’expression de leur autonomie. L’intrapreneur n’est pas un manager classique et ne doit pas être chapeauté comme tel. Comme un chef d’entreprise, c’est lui qui donne le cap, définit la marche à suivre, le business plan, les étapes, les moyens à mettre en œuvre, le but à atteindre… Sorte d’électron libre, il prend les risques, les décisions. L’entreprise n’est jamais loin pour amortir les chocs ou les coups. Mais elle s’efface pour laisser parler la créativité de ces équipes un peu particulières.

Le concept colle aux aspirations des jeunes générations et des quadras qui cherchent à valoriser leur expertise. Il répond aussi aux besoins d’innover sans cesse des directions. En aucun cas, il ne peut être un carcan au risque de briser tout esprit d’initiative. Ni une cellule un peu à part dans la vie interne. Intrapreneur un jour… mais pas toujours ! 

Comments

En savoir plus?

Nos flux RSS

Blog Cornerstone

Nos solutions intégrées de gestion des talents peuvent vous aider dans de noombreux domaines.
Voir nos solutions

Archives