Vie pro / vie perso : un nouvel équilibre à construire pour les managers
DÉMO
Nous contacter

Vie pro / vie perso : un nouvel équilibre à construire pour les managers

Technology

Vie pro / vie perso : un nouvel équilibre à construire pour les managers

August 05, 2015 Corinne Bidallier

Avec la montée en puissance des technologies mobiles, les sphères professionnelles et personnelles se mélangent de plus en plus.  Ces nouvelles frontières rendent obsolète notre organisation du travail et appellent employeurs et managers RH à inventer de nouvelles règles.

Des frontières de plus en plus floues

Avec les technologies mobiles, les limites entre vie privée et vie professionnelle s’estompent : on traite ses mails personnels et navigue sur les réseaux sociaux au bureau ; on exporte son travail à la maison.  On a des amis sur LinkedIn, et des collègues sur Facebook. Indifféremment, on utilise le même téléphone pour le travail et ses contacts privés, etc.

Quel est l’impact de ces évolutions sur notre conciliation travail-vie personnelle ? En 2014, une enquête de LinkedIn menée à travers 26 pays révélait que cet équilibre était le 2ème critère motivant un changement d’emploi. La mobilité numérique permet-elle d’atteindre cette harmonie à laquelle nous aspirons fortement?

Ni bons, ni mauvais en soi, les technologies ne sont que des outils. Tout dépend de l’usage que nous en faisons : les laissons-nous décider à notre place la façon dont nous organisons notre vie ?

Risque d’intrusion

Bien sûr, il existe un risque d’intrusion du champ professionnel dans notre sphère privée. La technologie agit comme un catalyseur. Celui qui accorde inconsciemment la priorité à son travail risque de se laisser « noyer par la technologie ». Le burn « out » commence en général par un « burn in » : intégrant la pression de son employeur, le collaborateur se sent obligé d’en faire toujours plus, surtout si son n+1 relève d’une personnalité de type « abusif ».

Mais la mobilité numérique apporte aussi beaucoup d’avantages à l’entreprise et aux collaborateurs : flexibilité, gain de temps. Dans certaines sociétés, les salariés peuvent rester travailler chez eux, si leur enfant tombe malade, sans poser de jours de congés. D’autres se voient accorder la possibilité d’avancer leurs dossiers sur leur lieu de vacances, au sein même de leur famille.

Quel rôle pour les employeurs et responsables RH ?

Récentes, ces tendances appellent de nouvelles organisations du travail.  Celles-ci doivent rester souples et tenir compte des spécificités de l’entreprise (secteur d’activité, type de postes se prêtant ou non au télétravail, etc…). Nul besoin de légiférer, le bon sens peut suffire. Les managers sont ainsi invités à prendre conscience de la puissance des outils technologiques qui peuvent devenir plus ou moins envahissants pour leurs collaborateurs. Ils doivent apprendre à les utiliser pour le bien-être et l’efficacité de leurs personnels. Codes internes de bonne conduite, formation, sensibilisation des managers de proximité... les employeurs ont tout intérêt à favoriser la transparence des règles d’utilisation. Il peut être judicieux, par exemple, de spécifier les numéros à contacter en cas d’urgence, ou encore d’édicter certains principes comme « pas de mails après 21h ». Attention à ne pas trop exiger d’un collaborateur : ce n’est pas parce qu’un salarié est accessible, qu’il doit être joint en permanence. La prise de recul est essentielle, surtout dans le cas des petites entreprises, où aucun niveau intermédiaire ne vient jouer le rôle de « tampon ».

 

Comments

En savoir plus?

Nos flux RSS

Blog Cornerstone

Nos solutions intégrées de gestion des talents peuvent vous aider dans de noombreux domaines.
Voir nos solutions

Tags

Archives