Pourquoi les RH doivent s’intéresser à la « nudge economy »
DÉMO

Pourquoi les RH doivent s’intéresser à la « nudge economy »

Performance

Pourquoi les RH doivent s’intéresser à la « nudge economy »

December 28, 2017 Corinne Bidallier

En octobre dernier, le Prix Nobel d’Economie a été décerné à Richard Thaler. Habituellement, c’est le genre de nouvelles que je consomme en ligne pendant que je croque dans mon sandwich du midi et que j’oublie invariablement jusqu’à l’année suivante. Mais, cette fois, quelque chose m’a interpellé. Alors que la fonction RH est en train de passer d’un modèle de gardien du temple à celui d’influenceur et de leader d’opinion, cette actualité m’a ramené de manière opportune à un outil particulièrement puissant dans l’arsenal des professionnels de RH : le petit « coup de pouce » traduction littérale de « nudge »)

Richard Thaler est le père de la « nudge economy », également appelée parfois « théorie du paternalisme libéral ». En résumé, d’après wikipedia, celle-ci considère que « suggestions indirectes peuvent, sans forcer, influencer les motivations, les incitations et la prise de décision des individus, de manière aussi efficace sinon plus efficacement que l'instruction directe, la législation ou l’exécution ». Selon l’économiste américain, considéré comme l’un des principaux théoriciens de la finance comportementale, « un coup de pouce est un aspect de la structuration des choix qui modifie le comportement des gens d'une manière prévisible. L'intérêt est de pouvoir agir sur différents leviers relatifs au processus décisionnel d'un individu,, dans le but de le faire changer de comportement pour un coût très faible, tout en l’incitant à effectuer un choix avantageux pour lui. Placer des fruits au niveau des yeux des employés est un coup de pouce ; ce qui n’est pas le cas d’une interdiction pure et simple de la malbouffe ».

L’application peut-être la plus célèbre de la « nudge economy » a été réalisée dans les toilettes pour hommes de l’aéroport de Schiphol à Amsterdam. Inexplicablement, l’image d’une mouche gravée dans les urinoirs a prouvé son efficacité pour réduire les coûts de nettoyage. Vous trouverez les explications de Richard Thaler lui-même sur YouTube.

D’autres applications, plus hygiéniques, ont également été mises en œuvre. Par exemple, les escaliers menant à la station de métro d’Odenplan à Stockholm en Suède, ont été transformées en un clavier de piano géant. En marchant sur chaque marche, vous produisez une note de musique. Les voyageurs privilégient désormais ce nouvel escalier musical qui affiche un taux d’utilisation 66 % supérieur à celui de l’escalator voisin. Un exemple parmi d’autres d’incitation discrète qui contribue à la santé des citoyens.

De l’utilisation sociale aux implications organisationnelles

Au Royaume-Uni, pour s’assurer que les collaborateurs économisent en prévision de leur retraite, les employeurs inscrivent automatiquement certains employés dans un régime de retraite, plutôt que de les laisser choisir ou non d’y adhérer. Les collaborateurs peuvent toujours choisir de se désengager, mais très peu le font réellement – aucun coup de pouce n’a été prévu pour les inciter à le faire. En France, les exemples ne sont pas légion. Mondelez a organisé un concours de « nudging » pour les entreprises, dont les résultats ont permis d’optimiser la coupe des portions individuelles de fromage et de sensibiliser les consommateurs aux problèmes de surexposition au soleil. La SNCF a en outre équipé d’autocollants les poubelles de ses trains OuiGo pour inciter les enfants à les utiliser et réduire l’impression de malpropreté. D’autres applications sont en cours dans les aménagements urbains, l’architecture et le développement durable.

Dans le domaine des ressources humaines, les éditeurs RH fournissent aux entreprises des plateformes permettant de lancer des expérimentations de « coup de pouce », et par là même à innover à travers une nouvelle culture d’apprentissage et de gestion des performances particulièrement transparente. Les managers peuvent, s’ils le souhaitent, solliciter le feedback de leurs équipes sur leurs propres actions, aussi souvent qu’ils le désirent. En encourageant un échange de points de vue libre et franc, et en partageant les critiques constructives qu’il a reçues, le manager est en mesure de distiller dans son équipe une culture ouverte et honnête de gestion des performances, tout en engageant d’autres équipes à lui emboiter le pas.

A la différence des Responsables de la formation qui prescrivent un programme formel de formation, les plateformes d’apprentissage tirent parti du machine learning pour proposer subtilement des plans de formation aux collaborateurs, en fonction, entre autres, de leur situation de carrière, leurs aspirations, leur spécialisation, leurs préférences, leurs centres d’intérêt, leur situation géographique, leur expérience, leur poste, mais également de certaines tendances et de l’évaluation d’autres salariés. Et encore, cette liste n’est pas exhaustive. Ces plans de formation prennent la forme de suggestions, un peu comme les « pages que vous pourriez aimer » de Facebook, mais sans les aspects commerciaux rébarbatifs. L’expérience prouve que les collaborateurs s'engagent plus ouvertement qu'avec un programme mis en application par le département des ressources humaines.

Et vous, pratiquez-vous le « coup de pouce » ?

Pour information, l’émission de France Inter « La tête au carré » du 06 décembre 2017 était consacrée aux moteurs de la prise de décision et a détaillé le principe de la « nudge economy ».

Comments

En savoir plus?

Nos flux RSS

Blog Cornerstone

Nos solutions intégrées de gestion des talents peuvent vous aider dans de noombreux domaines.
Voir nos solutions